Le défi de la pleine accessibilité du Web : un important jalon pour l’inclusion sociale

Marc Tremblay, président fondateur de l’Agence SAT

Pour que nos sociétés soient de plus en plus inclusives, plusieurs obstacles environnementaux doivent être mis en lumière. L’accessibilité à l’information en est un et il est majeur. L’accès à l’information est à la base même de l’apprentissage, voire du fonctionnement dans nos sociétés du savoir.  

Or, le Web est devenu la première source d’information à l’échelle mondiale. Il est utilisé autant en contexte éducationnel qu’en contexte de travail ou personnel. Obtenir de l’information via le Web est dorénavant une nécessité au quotidien. 

Défis importants dans l’accessibilité des sites Web 

Pour les utilisateurs vivant des défis de perception, de compréhension, d’expression ou de manipulation de l’information, le contenu et la structure d’un site WEB doivent être conformes à certaines normes.   

Cependant, la réalité actuelle n’est pas tout à fait le cas. Selon le laboratoire de promotion de l’accessibilité du Web (2019), 82 % des sites Web au Québec n’atteignent pas la note de passage pour la question de l’accessibilité web. Selon accessiBe  (2020), 98% de sites web n’atteignent par la norme WCAG 2.1. L’écart des résultats s’explique principalement par une différence dans la méthodologie de collecte des données. Par conséquent, c’est la majorité des sites web qui ne sont pas considérés comme accessibles pour les utilisateurs vivant avec des défis sur le plan du traitement de l’information.   

Ce défi d’accès à l’information est particulièrement vrai pour les utilisateurs d’aide technologique qui répond à des besoins spécifiques d’accessibilité non résolue par les produits et services TIC courants. Un site web non accessible ne sera donc pas en partie ou complètement compatible avec les aides technologiques; ce qui pose de graves problèmes aux utilisateurs.  

Contrairement à ce qu’on imagine, le problème n’est pas relié à l’individu. Il se situe plutôt au niveau du design. Ce n’est pas aux utilisateurs à s’adapter au contenu non accessible sur le Web, mais plutôt aux créateurs de contenu et de site web, à prendre conscience de leurs responsabilités. 

Les normes et balises sont élaborées, testées et validées par les instances reconnues internationalement telles que l’ONU, le W3C ou la norme ISO. Le défi ne situe donc pas au niveau des normes, mais bien à un manque de connaissance pratique sur l’accessibilité, par les concepteurs de ressource Web.  

Pistes de solutions 

Maintenant, comment faire pour améliorer la situation ? Les pistes de solution doivent bien sûr être collectives et collaboratives. Un problème de design implique plusieurs acteurs dans le processus : améliorer le processus de design amène une transformation globale des pratiques de créations de contenus et de design web. Voici en vrac quelques pistes de réflexion pour améliorer la situation  :

  1. Exiger, quand on est utilisateur, un contenu accessible
  1. Sensibilisation et formation sur l’accessibilité, la gestion et le design inclusif
  1. Concertation des différents acteurs de l’éducation, du travail, de l’adaptation 

Il est important de prendre conscience que l’accessibilité du web fait maintenant partie  des droits de la personne  mis de l’avant par l’ONU. Tout un chacun est en droit d’exiger des informations accessibles sur le web  afin de poursuivre sa pleine participation sociale.  Les entreprises et organisations offrant un produit ou service numérique à sa clientèle ou ses employés doivent tenir compte de ce fait  

Si vous voulez en connaître davantage sur l’accessibilité numérique, visitez le site web de l’Agence SAT

Sourceshttps://accessibe.com/blog/knowledgebase/we-analyzed-10000000-pages-and-heres-where-most-fail-with-ada-and-wcag-21-compliance

https://accessibe.com/r/general/accessiBe_2020_Accessibility_Report.pdf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.